Retraite de 10 jours en silence dans un monastère en Thaïlande (partie 3/3)

Retraite de 10 jours en silence dans un monastère en Thaïlande (partie 3/3)

Et pour finir cette aventure sur ces 10 jours de silence, je vous propose quelques conseils avant de vous lancer :). pour ceux qui ont loupé la partie 1 et c’est ici, et la 2 🙂

Suis-je prêt à faire un telle retraite ?

C’est une question sérieuse qu’il faut se poser avant de venir. Il ne faut pas venir parce que c’est à la mode de faire ce genre de chose ou parce que ce n’est pas cher. Vous devez venir avec un souhait profond, un objectif clair. Parce que à un moment durant la retraite, vous allez vous poser la question : « qu’est ce que je vais ici ? »  « J’ai mal et j’en ai marre, pourquoi  suis-je ici ? » Et si vous n’avais pas réponse… vous êtes  cuit. Le lendemain, vous allez lâcher car le mental aura beaucoup d’arguments pour vous dire que c’est bon,  vous avez compris comment marche la respiration, que vous avez pris des vacances et qu’il est temps d’aller à la plage pour profiter. Moi j’avais besoin de silence. C’était vital. Et cela a été mon ancre.

Avez-vous déjà fait silence, réduit votre nourriture ? Essayer de méditer avant ? Je crois vraiment qu’il est bien plus facile de venir vivre cette expérience si vous êtes familier avec l’un des éléments de cette retraite. En effet, si vous mangez beaucoup, que vous fumez, que vous ne faites pas de sport, que vous n’avez jamais médité… c’est compliqué. Il faut être un minimum prêt. Le but n’est pas de commencer et de lâcher en cours de route. Il ne faut pas sous estimer la difficulté de ces 10 jours qui sont très durs pour l’ego. Alors si en plus, vous ajoutez  des facteurs de stress à votre corps et votre mental l’expérience devient vraiment challenging.

Des problèmes ? C’est quand même mieux d’arriver avec vos problèmes hein. Si vous n’en n’avez pas, si vous n’avez pas envie de vous regarder de l’intérieur, de regarder vos schémas de fonctionnement, votre relation avec le monde, votre vie, si tout va bien dans le meilleur des mondes et que les problèmes c’est réservé aux autres, cet endroit ne vous apportera pas grand-chose. Car le but de cette retraite c’est de rentrer dans sa souffrance et de s’en libérer. Je vous invite à ne pas sous estimer ces points car à chaque retraite il y a ¼ qui lâche avant la fin.

Si avec ça vous vous sentez toujours de venir alors foncez. Je  vous donne néanmoins quelques conseils qui m’ont aidé moi à tenir ces 10 jours ; peut-être que cela vous aidera aussi.

Les conseils pour ne pas lâcher en cours de route

  1. La lune était un de mes points d’ancrage. Nous avons commencé avec la pleine lune et je savais que nous allions finir avec la demi-lune. Alors tous les jours, le matin à 4H, je prenais quelques secondes pour regarder la lune et la voir changer. Le temps passait et ça c’était rassurant pour une partie de moi.
  2. 10 jours. Compter les jours. Se rappeler que ce n’est que 10 jours dans votre vie. Ce n’est rien. Ne lâchez pas. Tenez bon. Compter les jours. N’oubliez pas : le temps passe.
  3. Tout comme les émotions. Ils en parlent beaucoup dans les enseignements : l’impermanence. Rien ne dure. Les bons comme les mauvais moments. Vous allez avoir mal, très mal probablement oui mais pendant 2 heures, peut-être un jour et le lendemain ça ira. Alors respirez avec conscience et profiter de chaque émotion, situation pour la respirer comprendre comment elle vous influence, comment elle influence votre respiration  et donc influence votre vie.
  4. La discipline. Il y a beaucoup de règles dans le monastère et vous avez besoin de créer vos propres règles, votre propre routine qui allie plaisir et pratique. Par exemple, j’ai créé ma routine pendant mes pauses, après le petit déjeuner, je lavais les toilettes qui était ma corvée et après, j’allais dans les sources d’eau chaude pour détendre mon corps de toute cette méditation et crispation mentale. J’enchaînais par une petite douche  froide qui me redynamisait. Je finissais par un petit massage de mes genoux et « ding »… La cloche sonnait le départ pour de nouvelles méditations. Pendant la pause du midi c’était laver mon linge et  1 heure de sieste pour prendre le temps d’intégrer tout ce qui s’était passé. Trouvez votre routine et respectez là, elle vous aidera vraiment à tenir.

La discipline c’est aussi d’aller à tous les rendez-vous. Si vous commencez à céder sur un, votre mental va s’engouffrer dans la faille, pourquoi ne pas éviter le prochain et ainsi de suite. C’est la même chose avec votre posture physique. Si vous lâchez votre tenue à cause de la douleur et faites comme certain : vous avachir… c’est cuit pour vous aussi. Trouvez des positions alternatives : vous pouvez être debout, à genoux, avec des supports, assis. Trouvez des solutions, soyez créatif mais ne cédez pas car votre position, avoir le dos droit a beaucoup d’importance dans les exercices de méditation  et de respiration.

  1. Plutôt que de partir car cela devient trop dur pour vous. Prenez un temps pour vous. Ratez un cours si c’est vraiment indispensable et retrouvez le nord. Ne partez pas sur un coup de tête, vous le regretterez plus tard et au lieu de vous rendre plus fort vous vous sentirez moins bien. Apres ce n’est pas une compétition à celui qui tient le plus longtemps. Écoutez-vous et respectez vous c’est aussi le but de cette retraite.
  2. Modération, attention avec la nourriture qui peut être un refuge. Je vous conseille de prendre de la nourriture une fois et d’éviter de revenir vous servir. Et soyez raisonnable imaginez que vous servez votre sœur de 12 ans, ne faites pas déborder votre bol ce n’est pas un cadeau. Il n’est pas facile de méditer l’estomac lourd.
  3. Donnez-vous du temps après cette retraite pour intégrer. Allez à la plage, isolez-vous car vous allez avoir besoin de temps et de calme croyez-moi. L’extérieur est très douloureux quand vous sortez, les sons, les gens, les odeurs tout. 5 jours plus tard, je suis encore sous le choc, je reviens petit à petit à la réalité et je continue de comprendre des choses importantes. Alors s’il vous plait, faites vous ce cadeau de prendre votre temps après 🙂

 

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises chaque situation est une leçon pendant ces 10 jours et si vous  vous ouvrez, si vous ouvrez votre système vous pouvez comprendre beaucoup sur vous et sur votre rapport au monde. C’est une expérience magique à vivre et un voyage qui sera différent pour chacun de nous. Néanmoins, pour ceux qui sont prêt à plonger je ne peux que vous conseiller de le faire.

Et  vous avez déjà expérimenté ce genre d’endroit ?

Les informations techniques

  • Le lieu : Suan Mokkh en Thailande prêt de Surathani
  • Durée : 10 jours de retraite. Une retraite qui commence le 1er de chaque mois.
  • Prix : 2000 bath soit 50 euros donation bienvenue. ( pas de remboursement et pas de coûts additionnels)
  • Inscription : en personne la veille (jusqu’à 15H) du début de la retraite. Principe du premier arrivé premier servi est appliqué. Pas d’inscription par téléphone ou en avance possible.
  • Vous pouvez arriver la veille et dormir dans le monastère principal la veille si besoin et cela gratuitement.
  • Un site internet avec toutes les informations ? c’est par ici : http://www.suanmokkh-idh.org

 

Cœur à cœur,

Laura



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *